Prendre l’avion avec un violon

Prendre l'avion avec un violon

Vous devez prendre l’avion pour un concert à l’étranger ? Et vous appréhendez ce long trajet pour votre violon ?
Vous avez bien raison de vous inquiéter car voyager avec un instrument de musique relève souvent du défi.

Si vous êtes violoniste, sachez que le défi est moins important car un violon est de petite taille et qu’il pourra la plupart du temps être pris en tant que bagage à main. A l’inverse, si vous êtes violoncelliste ou contrebassiste, la difficulté sera plus grande…

1 – Préparer le violon au voyage

Boite de violon résistante

Optez pour une boite de transport résistante

Votre violon sera soumis à de potentielles vibrations et chutes. Il faut donc le protéger dans une boite de violon résistante et pouvant supporter du poids. Nous préférons les boites rectangulaires qui sont plus faciles à caler dans les compartiments à bagages.

Ne laissez aucun élément en libre mouvement à l’intérieur de la boite. Et insérez la colophane, le coussin, les cordes de rechange, etc. dans des poches fermées.

Détendez les cordes du violon

Même si l’avion est pressurisé, mieux vaut détendre les cordes pour éviter une surtension, voire une casse. En altitude, la tension des cordes peut s’accentuer et donc abîmer le corps de votre instrument. C’est une des règles de base lorsqu’on voyage avec un instrument à cordes et elle s’applique aux violons comme aux guitares.

Assurez votre instrument pour un voyage

Cela peut-être une sécurité pour votre instrument de grande valeur… Assurer un instrument à l’année est une possibilité. Cependant, vérifiez bien que cela concerne tout type de transport, mais aussi toutes destinations. Très souvent, les compagnies d’assurance n’assurent pas les instruments dans tous les pays.

Préparez la facture d’achat

On ne sait jamais ce qu’il peut se passer à la douane. Mieux vaut avoir la facture d’achat de son instrument afin d’éviter tout désagrément. Nous avons d’ailleurs déjà lu des articles de musiciens coincés à la douane car ils étaient incapables de prouver que les instruments qu’ils transportaient leur appartenaient.

Investir dans un humidificateur

Les cabines d’avion ont tendance à être très sèches et donc pauvres en humidité. Le bois contient naturellement un degré d’humidité qui évolue en fonction du temps. Ces variations d’humidité font évoluer le bois. Vous l’avez certainement déjà observé après avoir répété en backstage, puis être monté sur scène : les conditions étant différentes, votre violon s’est désaccordé car le bois a évolué… Cela est lié à un probable changement de température et/ou d’humidité dans l’air. Ces changements de matière s’appliquent aussi au 3Dvarius qui est fabriqué en résine d’impression 3D. Elle aussi réagit aux changements de températures. En plaçant un humidificateur dans votre boite, vous maintiendrez un certain taux d’humidité. Pensez, à le retirer en arrivant, il n’y en aura peut-être pas besoin une fois au sol.

Le taux d’humidité se mesure avec un hydromètre et doit être compris entre 40 et 60%.

2 – Ne pas mettre votre violon ou instrument en soute

Ne pas mettre son violon en soute

C’est le premier conseil que nous donnons à tout instrumentiste, et cela même, si nous avons conscience que parfois les compagnies ne laissent pas d’autres choix.

Par sécurité, mieux vaut éviter la soute à tout instrument de musique. Tout le monde sait comment sont traités les bagages qui finissent en soute. Ils sont souvent jetés de compartiment en compartiment, ils sont entassés les uns sur les autres et subissent énormément de vibrations… La soute est donc le lieu par excellence que tout luthier déconseille à un instrumentiste.

De plus, après le décollage, et en hautes altitudes, les températures sont très basses. Et même si la soute est pressurisée, elle n’est pas pour autant chauffée. Un violon subira donc des changements de températures et d’humidité importants entre le décollage et l’atterrissage. Les changements de température soudains et importants sont vivement déconseillés pour tout instrument de musique… Des changements trop brusques peuvent entraîner des fissures sur le corps de votre instrument.

En revanche, la soute est le bon endroit pour transporter du matériel annexe comme des pédales à effets. Chez 3Dvarius, nous avons investi dans de grands sacs de sport à roulette comportant une coque dure. Nos pédales à effets sont protégées et stockées dans ces sacs. Surtout ne posez pas de cadenas à votre valise. En la scannant, il est possible que les contrôleurs souhaitent vérifier le contenu de votre valise. Il faut dire que des petites boites avec des circuits électroniques et peut-être quelques câbles ne peuvent qu’attirer l’attention !

3 – Prendre son violon en cabine

Comme nous le mentionnons plus haut, la plupart des compagnies acceptent les petits instruments de musique comme bagage à main. Attention, il est noté la plupart d’entre elles. Certaines refuseront purement et simplement, et d’autres vous demanderont de vous acquitter d’une taxe supplémentaire. C’est souvent le cas des compagnies low cost.

Si vous voyagez avec un violoncelle ou une contrebasse, la taille de l’instrument est souvent trop importante. Il est parfois demandé au musicien de réserver un deuxième siège sur lequel sera attaché votre instrument.

Les compagnies utilisent deux éléments pour déterminer le type d’instruments de musique qui pourra voyager en cabine en tant que bagage à main :

  • Les dimensions de la boite (et non de l’instrument)
  • Le poids total de la boite

Vous trouverez ces éléments sur le site Internet de la compagnie aérienne. Mesurez bien la boite de votre instrument et assurez-vous que tout soit bon. Bien entendu, si cela dépasse de quelques centimètres, cela devrait passer… En tout cas, nous n’avons jamais vu un steward ou une hôtesse sortir son mètre et mesurer nos boites de violon ! 😉

Comment s’assurer que votre instrument pourra embarquer en cabine avec vous ?

Malheureusement, nous n’avons pas de potion magique pour vous assurer que votre violon pourra embarquer en cabine avec vous… Mais voici quelques astuces que nous mettons en pratique lors de tous nos déplacements.

Renseignez-vous sur la compagnie avant d’acheter un billet

Nous n’achetons jamais un billet avant de connaître les pratiques de la compagnie aérienne à propos des instruments de musique. Bien entendu, nous comparons les prix. Mais avant de valider tout paiement, nous nous assurons qu’aucune difficulté n’a été rencontrée par le passé par un violoniste.

Imprimez les documents attestant que vous pouvez embarquer en cabine votre instrument

Nous lisons et imprimons les conditions générales et la FAQ de la compagnie à propos des instruments de musique. Ainsi en cas de problème, nous avons cet élément en main. Vous vous dites peut-être que nous allons trop loin ?

Détrompez-vous ce document nous a déjà sauvé la mise. Lors d’un précédent voyage avec Norwegian Airlines, l’une des hôtesses refusait de nous laisser embarquer car nous avions des violons en bagages à main. En présentant le document qui prouvait que la compagnie autorisait les violons en tant que bagages à main, elle n’a pas pu dire non.
Et si possible, imprimez-les en anglais et dans la langue du pays duquel vous allez décoller… Si, si, si, certains peuvent feindre ne pas comprendre l’anglais ! ☺

Demandez confirmation à la compagnie

Et oui, la FAQ ou les conditions générales peuvent ne pas suffire. Alors, nous écrivons aussi à la compagnie pour avoir une confirmation supplémentaire et un élément de preuve en plus. Il nous arrive aussi d’utiliser le chat en ligne de la compagnie, et de réaliser une copie d’écran de la confirmation… Vous rigolez ? Et bien, encore une fois, détrompez-vous, cela nous a déjà servi !

Évitez les correspondances

Chaque embarquement est un stress supplémentaire lors duquel vous risquez de vous voir refuser l’accès à la cabine à cause de votre instrument. Alors pour quelques euros de plus, choisissez la tranquillité avec un vol direct !

Évitez les compagnies low cost

Tous les musiciens ont déjà entendu parler ou lu un article à propos d’une compagnie low cost ayant refusé de prendre un passager qui voyageait avec un instrument de musique… Oui, les compagnies low cost sont les premières à refuser les instruments de musique.

Nous mettons une mention particulière à EasyJet avec laquelle c’est toujours un enfer !
Si vous optez pour Ryanair, ils proposent une option supplémentaire pour embarquer avec un instrument (vérifiez la taille maximale autorisée avant de souscrire). Nous l’avons déjà utilisée et n’avons eu aucun souci…

Sachez malgré tout que se voir refuser l’accès avec son instrument en cabine arrive aussi avec des compagnies classiques. L’un de nos amis a eu un problème avec Air Canada sur un long-courrier…

C’est plus facile avec les long-courriers

Si vous voyagez en long-courrier, notez qu’il sera plus facile de prendre votre violon en tant que bagage à main. Les long-courriers sont prévus pour transporter beaucoup de poids, et disposent d’emplacements pour stocker un instrument (dont l’armoire du capitaine).

Si vous prenez l’avion pour une petite distance, l’avion ne sera pas adapté et il sera difficile de trouver un emplacement pour stocker votre violon, d’où les refus de certains stewards et hôtesses.

Optez pour les vols matinaux ou moins prisés

Quand c’est trop tôt, il y a moins de monde. Et s’il y a moins de monde dans l’avion, il y a plus de place pour votre instrument… Il est alors beaucoup plus simple d’embarquer avec un violon en tant que bagage à main.

Signalez-le à l’enregistrement

Au moment de l’enregistrement des bagages, et si la personne face à vous semble compréhensive, signalez-lui que vous voyagez avec un violon. Qu’il s’agit d’un instrument fragile et cher, et que la soute est un risque que vous ne pouvez prendre.

Attention, c’est une stratégie à double tranchant. Car parfois, la personne ne dit ni oui ni non, et décide d’apposer un autocollant sur votre bagage signalant qu’il peut aller en soute. Dans ce cas, s’il y a trop de bagage à main, le personnel considérera que votre violon peut aller en soute…

Embarquer en premier dans l’avion 🙂

Quand c’est possible, attendez le premier dans la file d’attente d’embarquement : vous aurez tout le temps de vous reposez une fois assis dans l’avion ! Car si vous êtes le premier à embarquer, vous serez aussi le premier à déposer votre violon dans l’un des compartiments à bagage. Et vous serez donc sûr de lui trouver un emplacement pour voyager !!

Expliquez, discutez mais n’abandonnez pas

Si vous êtes dans votre droit, n’abandonnez pas… Nous avons été menacés plusieurs fois de descendre de l’avion, mais hors de question. Avec tous les éléments prouvant que nous pouvons voyager avec nos violons en cabine, nous ne cédons pas ! Et tant pis, si l’avion prend du retard.

Inutile de forcer s’il est noté sur Internet que les instruments de musique sont refusés

Pourquoi vous battre pour quelque chose qui est déjà perdu… Si la compagnie refuse les instruments de musique en cabine, inutile d’acheter le billet. Cherchez une autre compagnie !

4 – Où déposez votre violon en cabine ?

Ça y est, vous êtes en cabine et le personnel de bord a accepté que vous montiez avec votre instrument ! Il faut maintenant le mettre à l’abri pour lui éviter tout désagrément.

C’est toujours mieux de l’avoir tout prés de soi

Oui, ça peut paraître bête mais c’est mieux de pouvoir surveiller son violon. Un exemple simple : si quelqu’un ouvre le compartiment à bagage mieux vaut se tenir prêt, au cas où la personne déplace la boite.

Quels compartiments choisir ?

Nous optons toujours pour les compartiments à bagage, si possible les plus proches de nos sièges. Sauf si quelqu’un nous propose de le déposer dans l’armoire du capitaine (uniquement sur les long-courriers). Surtout n’allez pas demander à y avoir accès, c’est tentant mais c’est aussi un stupide moyen d’attirer l’attention sur vous et votre instrument… Cela peut ensuite vous attirer des ennuis si l’avion est trop plein…

Toujours poser la boite à plat

Il faut toujours poser la boite à plat pour que l’instrument ne soit pas sur le dos.

Cabine d'avion

Photos : Unsplash – Gary Lopater, Goh Rhy Yan, Omar Prestwich