Les douleurs du violoniste et de l’altiste

Douleurs du violoniste et de l'altiste

Jouer du violon ou de l’alto demande beaucoup d’efforts et d’assiduité. Il faudra de longues années de labeur pour obtenir un bon niveau. Et comme pour un sportif, ces années de pratique sont semées de douleurs et de blessures qui ralentiront votre progression.

Il s’agira de douleurs plus ou moins graves et qui, parfois, peuvent persister jusqu’à vous dégoûter de l’apprentissage musical. Ces douleurs résultent d’une pratique intensive mal maîtrisée. Les sportifs de haut niveau sont eux aussi confrontés à ces pratiques intensives que le corps ne peut supporter.

Un travail quotidien est indispensable pour améliorer son niveau. Cependant, il est primordial de trouver le bon compromis entre pratique intensive et respect de son corps. Trop souvent, les instrumentistes pensent que leur corps peut supporter de longues heures d’apprentissage. Or, sans s’en rendre compte, le violoniste ou l’altiste va forcer son corps à supporter son instrument. C’est ainsi que naissent les premières contractures qui, sans être détectées et traitées, vont devenir des problèmes récurrents.

Comment éviter les douleurs ?

1. Trouver la bonne posture

Très souvent, les violonistes adoptent des postures qui vont accélérer l’arrivée de contractures et parfois vont les accentuer. Trouver la bonne posture pour jouer est une difficulté pour tout débutant. C’est aussi très difficile de retravailler une mauvaise posture adoptée dès les débuts de la pratique de l’instrument. Réapprendre à positionner son corps après des années de pratique, c’est compliqué !

Ce que l’on remarque souvent, c’est un désaxage de la colonne vertébrale. En soutenant le violon sur l’épaule gauche, le violoniste a tendance à pencher sa colonne dans cette direction. Ce décalage est accentué par le poids du violon côté gauche qui est plus important que celui de l’archet côté droit. C’est encore plus notable chez les altistes puisqu’un alto est plus lourd qu’un violon. Un équilibre doit donc être trouvé pour garder la colonne vertébrale dans l’axe.

Un autre problème concerne la surélévation de l’épaule gauche dans le but de pincer le violon entre l’épaule et le menton. Cette posture impose un travail physique au corps et peut engendrer des contractures.

Daniela Padrón

La posture debout

Positionnez correctement vos pieds pour trouver une bonne stabilité, tout en gardant votre colonne vertébrale droite. Votre côté gauche ne doit pas porter plus de poids que votre côté droit. Essayez d’utiliser votre souplesse au niveau des épaules et du bras pour réaliser les mouvements d’archet.

La posture assise

Si vous jouez en position assise, utilisez une chaise ou un tabouret vous permettant d’être correctement assis. Vos pieds doivent toucher le sol. En étant en contact avec le sol, ils permettent de préserver un bon équilibre. Le plus difficile en étant assis sera de maintenir votre bassin dans une posture permettant de garder votre colonne vertébrale droite.

2. Être à l’écoute de son corps

Ces douleurs et maux font partie de la vie d’un instrumentiste. Chaque métier possède ses inconvénients et les douleurs sont l’un des inconvénients du métier de violoniste ou d’altiste. Il est possible de les limiter, mais il n’y a pas de remède pour les éviter. Plus vous pratiquez, plus vous risquez de ressentir des gênes.

Il est important d’être à l’écoute de votre corps et de savoir à quel moment il est préférable de s’arrêter. Lorsqu’une douleur se fait ressentir, vous devez être capable de déterminer sa provenance en analysant votre posture et l’état de votre condition physique et mentale. Peut-être êtes-vous fatigué ? Et votre corps vous signale qu’il a besoin de repos !

Il est inutile de continuer la pratique si vous ressentez une douleur. Insister est une erreur, car vous n’allez pas supprimer la douleur, mais la déplacer à un autre membre. Inconsciemment, vous allez adopter une autre posture pour contrecarrer ce désagrément. Or cette position ne sera pas adaptée à la pratique d’un instrument et va engendrer de nouvelles douleurs. Cela devient un cycle sans fin dans lequel avoir mal fera partie de votre quotidien !

Le meilleur conseil que nous avons à vous donner est de poser votre instrument en cas de douleurs et de prendre une pause pendant quelques heures ou pour une journée afin de vous détendre.

Quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre

Des pratiques simples peuvent limiter les douleurs ressenties par le violoniste ou l’altiste.

1. Réalisez un échauffement musculaire

Un échauffement musculaire peut paraître anodin pour un instrumentiste. Et pourtant, la pratique du violon ou de l’alto impose des positions non naturelles. Tout sportif échauffe ses muscles avant de pratiquer intensément. La pratique musicale est peut-être moins sportive mais, elle nécessite des torsions des membres du corps qui ont besoin d’être échauffés pour fonctionner dans de bonnes conditions.

Pratiquer le violon

2. Réalisez des pauses

Tout violoniste ou altiste doit passer par la pratique pour améliorer son niveau. Une session de jeu doit être entrecoupée de pauses afin de relaxer ses muscles. Posez votre instrument et faites autre chose pendant quelques minutes.

3. Respirez correctement en jouant

Les études montrent que beaucoup d’instrumentistes ont tendance à passer en apnée dès qu’ils se concentrent sur leur jeu. L’apnée fatigue le corps plus rapidement. N’oubliez pas de respirer lorsque vous jouez.

4. Vérifiez et analysez votre posture

Si en session de jeu, vous ressentez une gêne ou une tension, essayez de déterminer sa provenance. Quelle position avait votre dos à ce moment précis ? la position de vos doigts ? ou de votre poignet ? Quels types de mouvements réalisiez-vous avec votre archet ? Vous découvrirez peut-être que la posture adoptée n’est pas la bonne !

Vérifiez aussi que la lecture de vos partitions est aisée en réglant la hauteur de votre pupitre.

5. Étirez-vous en fin de pratique

Après une session de jeu, quelques étirements des membres les plus utilisés faciliteront leur récupération.

6. Ayez une pratique sportive

Il est recommandé d’avoir une pratique sportive annexe pour tonifier les muscles, spécifiquement les muscles du dos, et pour préserver une certaine souplesse.

7. Luttez contre le trac du musicien

Le trac augmente les risques de mauvaises postures, et donc de contractions musculaires. Il n’y a pas vraiment de recette miracle pour combattre le stress. Plus vous serez détendu, plus vous serez à l’aise pour jouer !

Les problèmes récurrents

1. Des membres douloureux

Les douleurs les plus fréquentes concernent la partie supérieure du corps : le dos, les épaules et le rachis cervical (partie supérieure de la colonne vertébrale). Ces douleurs physiques résultent d’une posture non naturelle adoptée par le violoniste ou l’altiste. Ils imposent à leur corps une position et des contraintes physiques entraînant des douleurs.

Le dos

Douleurs du violoniste

La position du dos se travaille dès le début de l’apprentissage du violon ou de l’alto. Elle est essentielle pour la justesse du son et se travaille continuellement. Les contractures musculaires sont fréquentes dès que la pratique devient quotidienne. L’instrumentiste va les contourner en changeant de position, mais cette position inadaptée va déplacer petit à petit le mal d’un membre à l’autre. En cas de douleur, évitez de forcer ! Prenez un peu de repos. Et si les douleurs persistent, demandez conseil à un spécialiste.

Les cervicales

Elles sont souvent douloureuses chez les violonistes et les altistes. En tenant leur instrument entre l’épaule et le menton, les cervicales se retrouvent dans une position latérale qui n’est pas naturelle.

L‘épaule

L’épaule est quant à elle toujours légèrement surélevée pour maintenir l’instrument. Ce qui a tendance à la crisper et créé des contractures.

Les poignets, mains et doigts

L’hypersollicitation de ces membres est inévitable dans la pratique d’un instrument à cordes frottées. Que cela soit du côté droit pour tenir et déplacer l’archet, ou du côté gauche pour soutenir le violon et réaliser les doigtés.

2. Syndromes fréquents du violoniste et de l’altiste

Problèmes articulaires et tendineux

Il s’agit des affections les plus souvent rencontrées. Elles vont toucher les poignets, les mains, les épaules, etc.
Elles résultent généralement d’une pratique intensive trop régulière que le corps ne peut supporter. Le seul moyen de les éviter est d’être à l’écoute de son corps et de respecter des pauses lorsqu’on sent une gêne ou une tension dans l’un de ces membres. Les problèmes les plus fréquents sont :

  • Des tendinites
  • Des inflammations

Syndromes canalaires

Les syndromes canalaires sont des compressions d’un nerf. Chez le violoniste ou l’altiste, les plus courants sont :

  • le syndrome du canal carpien (poignet)
  • le syndrome de compression du cubital (coude)
  • le syndrome de compression du nerf radial (épaule)
  • le syndrome de compression du plexus brachial (cou)

Ils résultent de mouvements récurrents et spécifiques à la pratique du violon ou de l’alto. Chaque session de jeu nécessite le maintien de l’instrument de musique dans une position particulière. La répétition quotidienne des mouvements entraîne alors des syndromes canalaires.

3. Que faire si la douleur ne passe pas ?

Dans ce cas, il faudra consulter un spécialiste. Certains kinésithérapeutes ou ostéopathes peuvent vous aider.

Images : Thomas Tetu, Expansivebits, Unsplash @stefany_andrade