Pourquoi mandoline et violon vont bien ensemble ?

Pourquoi la mandoline peut vous aider à devenir un meilleur violoniste ?

Beaucoup de violonistes pratiquent, voire maitrisent parfaitement, la mandoline. Connaissez-vous les subtilités entre ces deux instruments ?

La mandoline et le violon semblent différents, la première fait partie de la famille des instruments à cordes pincées, alors que le second des instruments à cordes frottées. Et, pourtant tout deux possèdent un grand nombre de similitudes. La connaissance de l’un vous aidera à progresser rapidement dans l’apprentissage de l’autre. Ces deux instruments s’associent idéalement.

La mandoline peut vraiment vous aider à progresser au violon et à grandement améliorer vos performances et compositions de violoniste. Découvrons ensemble pourquoi.

Origine de la mandoline

La mandoline est un instrument de musique à cordes pincées originaire d’Italie. C’est un petit luth à manche court utilisé en musique classique, folklorique ou traditionnelle. Elle est surtout associée à la chanson napolitaine et ses nombreuses sérénades. Cette célèbre image du gentilhomme jouant et chantant sa sérénade pour séduire une demoiselle…

La mandoline est donc un instrument très ancien hérité du luth. Elle a existé sous des dizaines de formes et de tessitures différentes. Au départ, elle avait des lignes très proches du luth avant d’évoluer dans ses configurations actuelles. Elle connaît son essor au 18ème siècle avec la mandoline napolitaine qui s’accorde en quintes comme le violon. L’un des signes de la popularité de la mandoline, et de son association au violon, à cette époque, est qu’Antonio Stradivari fabriquait des violons mais aussi des mandolines.

Une mandoline et un violon électrique Line
Une mandoline type Gibson
et un violon électrique Line

La mandoline se joue en pinçant les cordes à l’aide d’un médiator, appelé aussi plectre. Elle possède 4 paires de cordes métalliques équivalentes au violon. Ce qui signifie, qu’elle possède 2 cordes de Sol, 2 Ré, 2 La et enfin 2 Mi. On parle de paires de cordes car « chaque corde est doublée ». Elles sont montées deux par deux et accordées ensemble sur la même fréquence.

Comme la mandoline n’a jamais été réellement standardisé en termes de dimensions et de formes, elle existe sous plusieurs formes. Aujourd’hui, on retrouve souvent la mandoline au dos rond (mandoline napolitaine) ou au dos plat (mandoline Gibson).

En musique classique, Vivaldi et Beethoven sont deux des grands compositeurs de concertos pour mandoline. On cite aussi très souvent les sonates pour mandoline de Domenico Scarlatti. Un exemple ci-dessous avec le Concerto pour mandoline en ré majeur de Vivaldi avec Julien Martineau à la mandoline, accompagné par l’Orchestre philharmonique de Radio France.

Vladimir Cosma, compositeur de musiques de film, ayant aussi composé des concertos pour mandoline, expliquait sur France Culture :

Pourquoi la mandoline ? Je suis moi-même violoniste. Entre le violon et la mandoline, il y a un lien fondamental. C’est le même accord entre les cordes. En fait, la mandoline est un violon sans archet, on joue en pinçant les cordes. En tant que violoniste, j’ai toujours été très attiré par les cordes pincées. […] La mandoline est un instrument à part entière, c’est un instrument majeur qui se suffit à lui-même. Elle fait partie d’une famille riche d’instruments qui permet d’avoir un répertoire vaste et intéressant.

Les violonistes et mandolinistes sont très nombreux à avoir pratiqué ou à pratiquer ces deux instruments. Niccolò Paganini, célèbre compositeur génois, violoniste et guitariste, a lui aussi débuté par la mandoline. Le mandoliniste français Vincent Beer-Demander précise ainsi :

La mandoline c’est facile, c’est la logique du violon mais avec les avantages de la guitare. Et, on n’a pas tous les problèmes de justesse car on joue avec un plectre. […] C’est un instrument qui est facile d’apprentissage. On peut jouer facilement des mélodies et très rapidement se faire plaisir.

Différences et similitudes entre un violon et une mandoline

Structures physiques

La taille et le poids de la mandoline et du violon sont quasi similaires. La mandoline est légèrement plus grande, et donc un peu plus lourde.

Le violon classique possède des ouïes ff dites modernes, tout comme la mandoline Gibson type F, alors que la mandoline napolitaine a une grande ouïe centrale ovale. À savoir que les ancêtres du violon, comme le rebec, avaient des ouïes plus simples. Ainsi, ils possédaient d’abord de simples cercles, puis demi-cercles, jusqu’à l’obtention de cette forme complexe de ff.

Le manche et la touche ne sont pas identiques. La mandoline possède un manche et une touche parfaitement plate, alors qu’elle est courbée sur un violon.

En revanche, les deux instruments possèdent un chevalet qui est simplement posé sur le corps de l’instrument. Il est maintenu grâce à la tension des cordes.

Violon acoustique VS Mandoline
Différences et similitudes entre un violon et une mandoline

Cliquez sur l’image pour la visualiser en grand format

La tessiture

Les deux instruments utilisent une même tessiture : Sol, Ré, La, Mi. Mais ils n’ont pas le même nombre de cordes. Le violon utilise 4 cordes, et la mandoline en a en fait 8. Elles sont regroupées et doublées, et accordées par paire. Il y a donc deux cordes à chaque position sur une mandoline. Ce changement est en partie à l’origine de la différence sonore existant entre les deux instruments.

La mandoline est l’un des prédécesseurs du luth, mais elle a penché finalement vers le violon. En fait, la mandoline d’aujourd’hui s’est standardisée au moment où le violon devenait reconnu en tant qu’instrument soliste ce qui a grandement influencé son évolution.

Les frettes

La mandoline a des frettes, et le violon n’en possède pas (sauf car particulier). Avec des frettes, il est plus simple de retrouver chaque accord, surtout dans les positions les plus complexes. Cela va sembler très étrange pour un violoniste de devoir se référer à des frettes, mais elles facilitent l’apprentissage de tout instrument. Les frettes sont un véritable repère.

Notre Ambassadeur Jonathan H. Warren est aussi mandoliniste. Il joue sur scène des deux instruments passant de l’un à l’autre sans réelle difficulté.

Les répertoires et méthodes

Le violon est facilement associé aux répertoires de la musique classique. Pourtant, il est utilisé dans tout style de musique. C’est un raccourci rapide que l’on fait bien trop souvent pour les instruments à cordes frottées. On retrouve souvent la mandoline dans la musique baroque, country, folk, traditionnelle, etc. D’ailleurs, les deux instruments sont souvent associés dans des styles de musique comme le folk irlandais, le country, le bluegrass, le jazz, etc.

Impossible de ne pas citer Chris Thile qui est un très grand mandoliniste américain, membre des groupes de bluegrass Nickel Creek (primé aux Grammy Awards) et Punch Brothers. Il se produit aussi en tant que mandoliniste soliste avec des orchestres ou accompagnés de plusieurs musiciens pour des styles de musique contemporains.

Ci-dessous, une vidéo d’une performance de Chris Thile et Brad Mehldau avec le titre Scarlet Town, extrait de leur album duo éponyme paru en 2017.

Les premières méthodes et pièces musicales connues de mandoline datent du 17ème siècle. Et à cette époque, la plupart d’entre elles étaient des méthodes pour passer du violon à la mandoline, comme la Méthode raisonnée pour passer du violon à la mandoline de Gabriel Leone.

Lorsque la mandoline a opté pour l’accord en quintes, le violon était l’instrument roi, il a donc été utilisé comme référence. Du coup, des dizaines de méthodes ont vu le jour détaillant le passage des techniques à l’archet aux techniques à utiliser avec un plectre. Et les œuvres composées pour le violon ont été déclinées en version pour la mandoline. C’est durant cette période que des techniques de jeu spécifiques à la mandoline, comme le trémolo, ont été développées.

L’archet et les techniques de jeu

L’archet est la clé de voute du son du violon ! Il n’est d’aucune utilité avec une mandoline puisqu’on va jouer en pinçant les cordes avec un médiator. Du coup, de nombreuses techniques et sons si spécifiques au jeu d’archet vont disparaître à la mandoline. À ce sujet, Chris Thile déclarait à Laurie Niles pour violinist.com :

There’s twice as many strings as a violin — and half as much sonic capability. But it is a fun little instrument.

Traduisible par :

Il y a deux fois plus de cordes sur une mandoline que sur un violon – et moitié moins de capacité sonore. Mais c’est un petit instrument très amusant

Les capacités sonores amoindries proviennent en grande partie de la non utilisation de l’archet. Cet outil, si difficile à manier, est à l’origine de la grande diversité sonore des violons. Avec une mandoline, le son est réalisé au médiator (ou plectre) à l’aide de la main droite. Les possibilités sonores sont donc moindres.

À la mandoline, dites adieu aux longues notes qui durent lorsque vous tirez et poussez l’archet ! On ne peut qu’essayer de les faire durer en abusant des techniques de trémolo. C’est pourquoi les compositeurs ont d’ailleurs remplacé ces longues notes de violon par des répétitions de notes, jouées avec une rythmique particulière. Un exemple ci-dessous avec le Concerto pour mandoline en do majeur d’Antonio Vivaldi, joué par Avi Avital à la mandoline, accompagné de l’Orchestre Baroque de Venise.

Le trémolo permet aussi de jouer une palette sonore variée. Avec une mandoline, la technique du trémolo peut vraiment générer des sons très faibles ou très puissants.
Lorsque vous jouez simplement les cordes avec le médiator, la note s’estompe assez rapidement. Et cela est encore plus notable dans les positions les plus hautes. La corde la plus grave a généralement plus de résonance, mais en toute logique, elle s’estompe elle aussi en un laps de temps assez court. Le tremolo peut être utilisé pour générer une graduation sonore en débutant par une note assez douce et faible, jusqu’à devenir progressivement très présente et puissante.

Toutes les techniques de rythmique réalisées à l’archet, comme le chop, seront facilement réalisables avec une mandoline. On vous invite à lire l’article Comment groover avec un archet ? co-écrit par deux spécialistes du chop : Jonathan H. Warren et Tracy Silverman. D’ailleurs, dans l’article, Jonathan explique très clairement que ce type de techniques appliquées au violon est très largement inspirées des mandolines et des guitares.

En mandoline, on utilise aussi la technique du tapping, pratiquée aussi en guitare. Elle consiste à exécuter des motifs en tapping avec la main droite, pendant que la main gauche réalise des positions d’accords.

On peut aussi abuser des slaps et du bottleneck pour obtenir de nouvelles sonorités. En fait, les techniques de guitare et les outils permettant de produire de nouvelles sonorités (capo, bottleneck, etc.) peuvent être utilisées avec une mandoline.


Pourquoi beaucoup de violonistes jouent de la mandoline ?

Toutes les similitudes citées précédemment en sont à l’origine. Il y a tellement de concordance entre ces deux instruments que le passage de l’un à l’autre est grandement facilité.

La transition est beaucoup plus simple du violon à la mandoline car les techniques liées à l’archet n’entrent plus en compte avec une mandoline. Dans le sens contraire, il faudra du temps au mandoliniste pour maitriser les mouvements d’archets sur un violon. Tout comme, il devra retrouver les positions des notes sans les frettes.

Quel violoniste n’a pas positionné son violon comme une guitare sur son ventre afin de retrouver quelques notes et mélodies. C’est un geste naturel que tout violoniste fait ! Or si, dans cette position, vous remplacer le violon par une mandoline, vous seriez prêt à jouer de ce nouvel instrument.

Lorsqu’un violoniste prend en main une mandoline, sa première réaction est souvent de se rendre compte à quel point sa main gauche trouve si facilement sa place sur le manche. En revanche, si le violoniste n’a jamais pris en main une guitare, il sera un peu dérouté par les mouvements de la main droite (et la disparition de l’archet).

Le fait que le violon et la mandoline utilisent une même tessiture offre une grande facilité de jeu. Les doigts de votre main gauche vont naturellement retrouver leurs positions sur le manche. Bien entendu, rien n’est jamais acquis au premier coup ! Comme pour le passage d’un violon à 4 cordes à un violon à 5 cordes, il faudra retrouver ou identifier quelques repères et sensations afin d’ajuster son jeu et sa technique.

La frustration que connaît tout instrumentiste débutant un nouvel instrument sera moindre pour un violoniste se lançant à la mandoline. Avec la connaissance du violon, tout violoniste peut rapidement jouer des mélodies avec une mandoline.

Jouer de la mandoline peut d’ailleurs aider un violoniste débutant à mentaliser les positions de la main gauche pour le violon. La présence des frettes facilite l’identification des positions qu’il sera plus simple de reproduire ensuite au violon.

Vraiment, si vous êtes violoniste, sautez le pas ! Parce qu’il est sûr que votre technique de violoniste va simplifier l’apprentissage de la mandoline.

Conseils et astuces pour se lancer par Jonathan

Jonathan a toujours été violoniste, et il a choisi de se lancer dans l’apprentissage de la mandoline bien des années après le violon. Voici quelques-uns des points qu’il a noté lorsqu’il a débuté la mandoline, et quelques astuces pour progresser rapidement.

Pensez à activer les sous-titres en français 😉

Maitriser le mouvement réalisé au médiator

Quand il s’est lancé pour la première fois, il a noté qu’il avait du mal à utiliser proprement le médiator sur les cordes. Il avait constamment l’impression de rater le mouvement du médiator effectué avec la main droite surtout dès qu’il dépassait un certain tempo. Il avait le besoin de regarder le mouvement de sa main droite pour trouver un bon placement. Jonathan conseille d’utiliser les doigts de la main droite ne tenant pas le médiator pour effleurer le corps de l’instrument en jouant, ce qui va vous permettre d’identifier la position de votre main vis-à-vis de la mandoline et donc des cordes. Il utilise comme point de référence le pickguard qui est la plaque d’écaille ou de bois dur évitant à l’instrument d’être endommagé par les coups de plectre.

S’adapter aux cordes

La première adaptation concerne le type de corde et aux paires de corde. Tout d’abord, les cordes ont un toucher sensiblement différent ce qui peut déranger certains violonistes. Ensuite, avec deux cordes à chaque position, les doigts de votre main gauche doivent prendre l’habitude de bien presser sur les deux cordes. La connaissance des positions de la main gauche au violon va faciliter votre apprentissage. Et, la présence des frettes aide elle-aussi grandement à identifier chaque position. Même s’il faudra là encore un peu de temps pour appuyer au bon endroit (pas sur la frette, sinon le son sera étouffé et peu perceptible).

Se focaliser sur une grille rythmique

Jonathan a remarqué, qu’au départ, on a toujours tendance à se limiter à un simple motif rythmique consistant à pincer les cordes dans un seul sens (généralement lorsque votre main droite descend). Mais, dès que vous serez un peu plus à l’aise, et qu’il faudra jouer plus vite, il vous faut adapter ce mouvement. Jonathan suggère de rester dans une grille rythmique identique en gardant un même mouvement allant du bas vers le haut de manière régulière. Tout en laissant le médiator toucher les cordes que lorsqu’il y a une adéquation avec le rythme que vous essayez d’accompagner.
C’est différent de la façon de jouer au violon avec un archet. En violon, et généralement, si une note est réalisée avec un mouvement d’archet descendant, la note suivante correspond à un mouvement d’archet ascendant.

Cette façon de jouer de la mandoline est à associer à celle de la guitare. Elle est beaucoup plus dynamique parce que chaque note va naturellement être jouée en rythme. De plus, cela va aussi vous aider à améliorer votre technique de violoniste (cf l’article de Jonathan sur ce sujet).

Abuser du trémolo

Pour obtenir des notes longues et soutenues, toutes celles qui sont si simplement à réaliser avec un archet, Jonathan conseille d’utiliser le trémolo et tout autre moyen créatif pour insérer plus de notes.

La perception du son dans l’espace

La perception du son joué peut aussi être déroutante. Le violoniste a pour habitude d’entendre le son de manière nette et directe. Son oreille est collée sur la caisse de résonance de son violon. Or, avec une mandoline, il va percevoir le son de façon plus aérienne, distante et lointaine. Cela va changer sa façon de jouer en fonction de l’espace environnant.

N’hésitez pas à suivre Jonathan sur sa chaîne YouTube. Il publie régulièrement des vidéos qui vous permettront de découvrir et d’apprendre de nouvelles techniques de violonistes.

Quelle mandoline choisir ?

La mandoline napolitaine

La mandoline napolitaine est apparue vers le milieu du 18ème siècle. Elle possède une caisse de résonance très bombée et l’ouïe (ou la bouche) de la table d’harmonie est ovale.

Son manche est plus étroit que les autres modèles cités ensuite. Cette mandoline est actuellement la plus répandue et la plus utilisée en musique baroque.

mandoline napolitaine
Une mandoline napolitaine

Les mandolines Gibson type A et F

Ces deux mandolines sont une évolution de la traditionnelle mandoline napolitaine. Elles ont vu le jour au 20ème siècle aux États-Unis. Leurs créations sont attribuées à Orville Gibson, fondateur de l’entreprise Gibson, qui s’est directement inspiré de la lutherie des instruments à cordes frottées.
Utilisée essentiellement en bluegrass et musique country, ces deux mandolines possèdent une table d’harmonie légèrement arquée et ont une caisse quasiment plate. Leurs manches sont un peu plus larges en comparaison à la traditionnelle mandoline napolitaine.

La mandoline Gibson type F possède des ouïes en ff comme le violon, alors que le modèle Gibson type A respecte l’ouverture ovale positionnée sous les cordes de la mandoline napolitaine.

Elles possèdent chacune leur propre forme. La mandoline type A est une évolution de la forme de poire très longitudinale et arrondie utilisée sur la mandoline napolitaine. Les formes initiales ont été étirées sur la largeur et prennent l’aspect d’une amande.

Le design de la type F n’a plus rien à voir avec la mandoline napolitaine. Ces courbes sont devenues une référence dans la lutherie des mandolines. Certains affirment que les deux pointes situées au bas du corps auraient été instaurés par Gibson pour favoriser le maintien de l’instrument sur le corps de l’instrumentiste.

Mandoline Gibson F vs Mandoline Gibson A
Comparaison entre une mandoline Gibson F
et une Gibson A

Depuis, ces évolutions de formes ont été adoptées par de nombreux luthiers et font partie des offres actuelles. Le design F et A est parfois même mélangés. En effet, on trouve désormais sur le marché des modèles ayant les formes des Type A mais possédant les ouïes ff de la Type F.

La Mandoline alto (ou Mandola en anglais)

Elle est équivalente à l’alto dans la famille des instruments à cordes frottées. Sa tessiture change et devient : do, sol, ré, la (du grave à l’aigu).

Le Mandoloncelle (ou Mandocello)

Elle s’accorde une octave plus basse que la mandoline alto. Vous l’aurez compris, elle est l’équivalent du violoncelle dans le quatuor à cordes frottées.

Les mandolines électriques

Comme leur nom l’indique, elles ne sont plus acoustiques mais électriques. Elles ne disposent plus d’une caisse de résonance mais d’un corps plein associé à un pickup permettant de retranscrire les ondes sonores.

Les mandolines traditionnelles et autres instruments proches

Il en existe des dizaines et il serait impossible de répertorier dans cet article tous les instruments car beaucoup de pays et régions du monde ont adopté, et adapté, la mandoline. On y retrouve la mandoline algérienne, la cetera (Corse), la bandurria (Espagne), la banjoline (États-Unis), la mandoline irlandaise, le saz (Turquie), le bouzouki (Grèce), la bandolim (Portugal, Brésil), etc. Ces instruments sont parfois méconnus du public car ils sont joués quasi exclusivement dans une zone géographique spécifique.

Sources et images : France Culture, violinist.com, Wikipedia, France Musique, Jonathan H. Warren, fabricants de mandolines.